Andrei Nakov
English version

Musée d'art contemporain de Bulgarie

Contacté depuis quelques années pas des jeunes historiens d'art et artistes, A. Nakov s'est rendu en décembre 2005 à Sofia. Par la suite, il y a pronnoncé entre 2005 et 2007 plusieurs conférences concernant l'histoire de l'art moderne et surtout la création d'un musée d'art moderne et contemporain pour la création duquel il a été sollicité. Cette première visite après plusieurs décennies passées hors de Bulgarie a été suivie au printemps 2006 par deux autres voyages qui ont donné lieu à de nombreux articles et un film consacré à A. Nakov qui fut produit par la télévision bulgare. Le projet de musée a butté sur de nombreuses difficultés de nature socio-culturelle et financière. Vivement réclamé par une minorité d'artistes et amateurs d'art qui soutient l'association BOMI, il s'est heurté à l'immobilisme conservateur du pouvoir actuel. Après un grand nombre de tentatives infructueuses en juillet 2008 A.Nakov  a décidé de suspendre le projet, ce pour ne pas cautionner la dérive anti-démocratique d'une élite ploutocratique qui empêche la Bulgarie  de surmonter le traumatisme post-totalitaire, dont l'emprise entrave toujours toute action d'envergure véritablement novatrice, démocratique. (voir la déclaration du 2 août 2008).

Lien interne BOMI-Déclaration (PDF)
Lien interne BOMI-Декларация (PDF)

 

Bulgarian Association for Modern Art

 

BOMI est la première association bulgare pour l'art moderne. Elle a été fondée à Sofia fin juin 2006 dans le but de promouvoir la création d'un Musée d'Art Moderne et Contemporain en Bulgarie, pays dont l'adhésion à l'Union Européenne est effective depuis le 1er janvier 2007. L'association est présidée par Andréi Nakov, français d'origine bulgare, universitaire et critique d'art réputé, spécialiste mondialement reconnu de l'art du XXe siècle.

La première assemblée de BOMI a marqué la date de fondation de l'association : le 29 juin 2006. à cette occasion Marc Brétillot, designer culinaire et chef français, créateur de l'Atelier Design Culinaire de l'école Supérieure d'Art et de Design de Reims (France), s'est rendu à Sofia.

Marc Brétillot a préparé un déjeuner d'art intitulé « EAT ART ». L'évènement se voulait une provocation par le palais, et visait à montrer au public bulgare qu'un musée d'art moderne n'est pas un entrepôt d'objets inanimés mais un organisme vivant et créatif, comme l'est la nourriture et comme le fut EAT ART. Pour preuve les mots de l'écrivain symboliste et critique d'art français Stéphane Mallarmé : « L'art est aussi nécessaire à la vie que le sont la nourriture et la boisson ». Inscrite sur des bandes de plastique transparent où étaient disposés des boutons de vin gélatiné, cette citation de Mallarmé interpellait les convives au cours du repas.

Dans la suite immédiate de cet évènement artistique Marc Brétillot est apparu dans l'émission de télévision à succès « The Slavi Show ». BOMI et lui-même ont fait l'objet d'une abondante couverture médiatique, accordant de nombreux entretiens aux journaux télévisés et à la presse écrite. Madame Meglena Kuneva, Ministre de l'Intégration Européenne, a témoigné de son soutien à la fondation de BOMI en adressant un fax de félicitation à Andréi Nakov.

Parmi ses projets futurs, BOMI envisage une présentation en extérieur et en intérieur de la sculpture contemporaine, répartie sur les principaux sites de Sofia. Cette exposition transformera l'image de la capitale bulgare, qui deviendra pour un mois une vitrine des arts européens.

Une exposition consacrée au peintre Georges Papazoff, l'un des frères d'armes du surréalisme, est également en préparation. La carrière picturale de Papazoff s'est déroulée de 1920 à 1960 hors de Bulgarie, en Europe de l'Ouest et aux états-Unis. Une sélection de ses œuvres sera exposée en soulignant leurs rapports avec les œuvres de ses contemporains et compagnons de pensée – Juan Miró, Max Ernst, André Masson et autres participants aux premiers évènements surréalistes de Paris. L'exposition comportera aussi quelques tableaux de Jules Pascin, artiste européen également né en Bulgarie et qui fut un ami proche de Papazoff à Paris.

L'ensemble des initiatives de BOMI s'inscrit dans le cadre d'une vigoureuse campagne sociale : le projet de fonder en Bulgarie un Musée d'Art Moderne et Contemporain. Sofia est en effet l'une des dernières capitales des Balkans qui ne dispose pas d'un tel musée. Andréi Nakov, le président de BOMI, a déclaré que « En mettant à profit l'expérience d'autres pays, nous pouvons espérer que nous éviterons certains écueils. Il importe que la Bulgarie puisse choisir de manière autonome le contenu de ce musée. Si la jeune génération ne s'investit pas, la Bulgarie sera bientôt confrontée à quelque substitut culturel préfabriqué de type McDonald's ».

BOMI compte parmi ses premiers membres des représentants de l'industrie cinématographique, des directeurs de galerie, des chefs de file du secteur financier, de jeunes artistes et architectes, ainsi que des représentants de grands groupes de média et de publicité. Sur la liste des amis de BOMI figurent la Ministre Meglena Kuneva, Matthew Sindall, designer britannique établi à Paris qui a créé le logo de la BOMI, Alain Mousseigne, directeur du Musée d'Art Moderne « Les Abattoirs » à Toulouse (France) et, bien sûr, le designer culinaire Marc Brétillot. à l'issue de sa rencontre le 30 juin avec les organisateurs de BOMI, Mme Yordanka Fandukova, déléguée aux affaires culturelles de la Mairie de Sofia, a également déclaré qu'elle soutenait cette nouvelle association et contribuerait à ses initiatives en lui fournissant des lieux d'exposition et l'appui des pouvoirs publics.